Sud-Ouest Le Mag – janvier 2016

article

Un indien dans la ville

Apache, un atelier-boutique de bijoux faits main d’inspiration amérindienne, s’est installé rue Saint James à Bordeaux.

« Stay wild ». Littéralement « Restez sauvage », soit sauvagement branché, façon « ethnique chic » selon le petit illustré de la mode 2015. C’est donc tout naturellement que l’ex-Parisienne Charlotte Guillard a planté sa « tente » non loin de la fameuse place Fernand-Lafargue. Dans ce nouveau temple de la « hype » bordelaise qu’est désormais la rue Saint James au milieu de concept store, boutiques vintage, épiceries fines et autres boutiques « stylées ». Un esprit « peau rouge » pour cette créatrice au teint diaphane.

« Je connaissais Bordeaux, j’y ai fait mes études et j’ai aussi de la famille et des amis sur place ». Alors dès que l’idée de partir s’est concrétisée, celle qui fut prothésiste dentaire dans une autre vie à emballé ses pinces pour s’atteler à d’autres parures dans son atelier-boutique. « J’avais besoin de plus de créativité. J’ai commencé par réaliser des bijoux pour ma famille et des amis, puis j’ai commencé à vendre en ligne. J’ai fait ça pendant cinq ans, puis l’activité s’est développée. Je suis tombée par hasard sur cet endroit, rue Saint James, qui s’appelait avant rue du Désert Saint James, paraît-il ».

Bienvenue dans le tipi

Du bol, certes. Du nez aussi. Passionnée par tout ce qui a trait à l’univers amérindien, la jeune femme fabrique à la main tous ses bijoux sur place et en crée aussi sur-mesure à la demande de ses clients. « J’aime mêler les couleurs, les plumes, les formes géométriques. Les perles, le métal doré et les pierres semi-précieuses à différentes technique de tissage ». Un métissage savamment dosé, coloré, furieusement léger, melting-pot de méthodes et cultures. A assortir avec les petites pièces de créateurs « coup de coeur » (sacs, foulards, sweats…), « made in France », proposées par la créatrice. Ajoutez-y également quelques pièces d’exception déposées dans sa boutique en dépôt-vente. Bref, le tipi est unique. Rebelles des rues, bienvenue!